mercredi, octobre 01, 2008

De haine et de chair, je suis faite!

Des fois on se sent mortellement trahi par ceux qu’on croyait être les plus proches. Un sentiment d’injustice accablant pour ne pas dire un dégout déraisonnable de soi même et du monde tout entier. Pourquoi donc ce sentiment terrifiant de haine ? Pourquoi cette déflagration de ressentiments qui me fait prisonnière à chaque fois que l’image présente ou le souvenir désuet de cette trahison se présentent à moi dans leur crudité la plus absolue ?

Des questions que je me pose en espérant ne jamais trouver réponse à l’absurdité. Je cherche vainement à me soustraire à ces sentiments impuissants d’anxiété accablante et saisissante, mais nul répit pour cette âme qui git souffrante d’une maladie incurable…le souvenir. Le souvenir et l’espoir qu’il fait renaitre en moi de retrouver, peut être un jour, la face cachée de la vie, car celle apparente est prodigieusement exécrable.

Il me devait une vie en quelque sorte, ou rien qu’une demi-lune de sa face cachée. Je l’avais repêché d’une existence tortueuse, insoutenable, voire tragique pour lui permettre de couler des jours heureux dans le confort d’une présence rassurante, apaisante, regorgeant de sentiments nobles et de désirs satisfaits.

Jamais je ne l’aurais cru aussi ingrat, piètre goujat imbu de sa petite personne et de son être impudent. Il incarnait le comble de la frivolité que je prenais, en toute connaissance de cause pourtant, pour des élans artistiques. Je prônais la liberté des choix, le libertinisme des passions. Je voulais vivre à travers lui ma liberté et le laisser, à travers elle, savourer les siennes. Un total échec évidement, puisque construit sur la base d’une pure parodie de l’intelligence humaine et de la bassesse innée de l’homme.

Tout ceci je le vécu en lui prodiguant milles intentions, un soin particulier à faire de sa vie un long fleuve qui coule d’eau limpide reflétant les rais téméraires du soleil charnel.

Charnel, il l’était aussi. Noyant mes incertitudes impromptues dans le puits des plaisirs instantanés. Combien de fois avait-il calmé les ardeurs de ma conscience, s’insurgeant contre l’absurdité de notre présent, en m’infligeant les agréments les plus atroces…ceux de la chair.

Combien de fois, ayant compris que nulle satisfaction physique ne pouvait désormais taire les révoltions de mon esprit, s’était-il mis à genoux implorant le pardon, mendiant une seconde chance…

Intarissable jeu de masques, jeux de conscience maquillée de feutre bleue et de rose pétale. Son inexhaustible talent de grand séducteur était édifiant et quoique voyant clair dans son jeu, je ne pouvais m’empêcher d’y céder autant que les autres.

Et puis vint la trahison !

Chaque nuit d’insomnie me rappelle ce mot avec une effarante intensité. Quoi ? Nulle trahison ? Et des trahisons il y en eu … par dizaines, par centaines, par milliers ! Chaque pensée incongrue envers ce pacte d’être par soi, envers soi, malgré soi, ce qu’on était réellement, fut une trahison !

Et ce fut la seule, l’unique, celle qui par milliers se proliférait…aux dépends de tous ces mots, gestes, regards et autres sentiments purs et spontanés que la vie nous exhortait à vénérer et que nous, pauvres de nous médiocres êtres insensés, jetions délibérément dans les fossés de l’insouciance.

Il me trahit, je fis de même, et aujourd’hui je le hais pour avoir fait d’un être pur, presque enfantin, un démon déchainé que seule la souffrance, celle des autres et la sienne propre, assouvisse !


22 comments:

too banal a dit…

Oui. La méchanceté des hommes est sans limites...Et ce n'est pas demain que ça va s'arranger...

hmida a dit…

Pourquoi tant de désespoir en ce jour de fête...

Parfois, les choses de la vie et des hommes ne mérite pas qu'on leur accorde l'importance qu'elles veulent avoir .....

Anonyme a dit…

une pensée à toi en ce jour de l'aid
t'es faite d'amour (celui de la vie) de créativité et d'élégance. ah ça, oui! pour le reste il faut laisser du temps au temps et sortir bouffer la vie et la croquer à plein dents. rien ne mérite l'amertume. rien.

( passé une demi heure à chercher une certaine citation de Gabriel Garcia Marquez je la trouve pas!
)

Houdac a dit…

Too banal, peut être bien…reste que demain, pour moi en tout cas, est toujours meilleur.

Hmida, aucun désespoir ne vient obscurcir cette belle journée de fête…c’est juste une discussion, un vers de Verlaine qui déclenchât ce texte, sans plus.

Anonyme, :)
Tu sais que je t’adore toi ?
Un cadeau pour toi en ce jour de Aid et ne dis pas que t’es pas gâté ;)
« Toujours se rappeler que le passé n’était que mensonge, que la mémoire ne comportait pas de chemins de retour, que tout printemps révolu était irrécupérable et que l’amour le plus fou, le plus persistant, n’était de toute manière qu’une vérité de passade ».

Free Zone a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Free Zone a dit…

Haïr rend ruineux le prix que l’un de nous, aurait à payer pour une trahison commise par d’ autres !

Cogito a dit…

la prendre comme un experience en plus, comme un moment de plaisir que t'as partagé avec cette personne. je sors tjrs avec cette conculsion, parce que je crois au destin, et j eme dis que chacun, tout comme toi, ya une ame soeur qui l'attend quelque part, et quand, c'est la fin, ça veut juste dire que ce n'est aps la bonne, mais ça veut aps forcement dire qu'elle est mauvaise

aid moubarak:)

Anonyme a dit…

Un de tes meilleurs textes. Brut, rêche et écorché. Chaque mot renvoie au précédent et rejoint le prochain. Course émotive pour ne rien rater de l'essentiel. You rock, Houda!
Mwah,
Loula

Houdac a dit…

Free zone, y a pas que l'autre qui ait trahi!

Cogito, tiens des âmes soeurs...même si elle existaient encore elles seraient trop influcées par ce qu'on pourrait raconter sur elles :)

Loula, twa7echtek! Mwa7.

Anonyme a dit…

nIujtsci,e ej rcei!
nIujtsci,e ej uhlr!e
uAattn ed hpares,s ed omst te ed eltters
uAattn ed opgiandrs lpnaéts adsn ec ocuer rfgalie 'dnue ulimrèe uqi y epdrrue
aPtri em erssuocrre olni 'dnue ocèler raedtne ofgueusu.e. apssoinneé..
aPtri 'mceilspre em erssuocrre à 'lbair 'dnue amalrdsees nietmrnibael niassisiaslb.e.
oDs un.. assn raems in raumer.s. rpnenat omn esul hcmeni.. eculi ud erotru..
tE ej em erotruen..
tE ej em erotruen.. ipuqé adsn el od.s. ej em erotruen..
aSgn.. ocpu.s. opgiandr.s. almrse te asgn.. asgn..
eJ rcei.. ej uhlr.e. ej epni.e.
oMn mauo,r am ulimrèe
eJ uhlr.e. ej rcei te ej epni.e.
oN.n. on.n. ej en écedari aps à al ahnie
oN.n. ej en écedari aps
oN.n. on.n. ej al agdr.e. te ej al rptogè.e.
uO.i. ej al agdre
aM ulimrè.e.

Anonyme a dit…

Je l’avais repêché d’une existence tortueuse, insoutenable, voire tragique. Jamais je ne l’aurais cru aussi ingrat, piètre goujat imbu de sa petite personne et de son être impudent. Charnel, il l’était aussi, d’une pure parodie de l’intelligence humaine et de la bassesse innée de l’homme. S’était-il mis à genoux implorant le pardon, mendiant une seconde chance. Intarissable jeu de masques, jeux de conscience maquillée de feutre bleue et de rose pétale. Il me trahit, je fis de même, et aujourd’hui je le hais!

Anonyme a dit…

oNhtnig eltf ot asy faetwrrasd.

kb a dit…

d'amour et de chair tu est faite....

Houdac a dit…

Anonyme, on ocmmne t);

Kb, Ah bon?

XI a dit…

That was awesome...droit du coeur et va droit au coeur
Intelligence et bassesse, tiens quel dileme !!!

the hitchhiker of the eye of the lion a dit…

ça m'interesse de connaitre sa version à lui :)

waaayli a dit…

bon... vu que tu insistes...

WAAA C BEAUUUUU!!! :))

Boutaina a dit…

Salam Houda
Ravie de te lire à nouveau, c aussi splendide qu'avant.
Je t'avoue qd mm que j'ai eu peur pour toi un moment, tellement j'ai cru sentir ton histoire à travers ce post.. ms je me fais des idées, c tout simplement ta remarquable capacité d'incarnation qui m'a conduite à ce constat..
ceci étant, est-ce ke tu n'as jamais pensé à faire du théâtre? j'ai l'impression que tu pourras y exceller..qu'en penses-tu?

Grosses bises.
Betty

Houdac a dit…

Xi, ça vient surtout de l'imagination, mais chut j'ai rien dit...je risque de perdre la compassion de certains :)

Mow, tu peux toujours lui demander...il doit encore errer à l'heure qu'il est sur la route du eye of the lion :p

Waaayli, merci ma BELLE, tu es GENTILLE...et...et...MAGNIFIQUE!

Betty!!! Mais c'est une première ça!! Contente de te voir par ici. j'ai appris que tu deviens casablancaise et donc cette discussion autour du théâtre devrait se faire accompagner d'une bonne tisane :)
Mwa7!

Laboudi a dit…

Casablancaise je le suis depuis fort longtemps ma chère..
Une tisane? Non, merci, par contre une bonne glace wiiiiiiiii!
betty

Houdac a dit…

A condition que tu ramène mizoo :)

boutaina a dit…

Oh non, il me laissera pas manger ma glace tranquillement, car lui adore les glaces et pourra me prendre la mienne aussi..
betty

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Hot Sonakshi Sinha, Car Price in India