lundi, juin 20, 2005

Le Hammam



En lisant « l’amour circoncis » de Abdelhak Serhane, que Ayoub m’avait conseillé d’ailleurs, je suis tombée sur un passage qui m’a particulièrement intéressée, « le Hammam, conflit entre désirs et contraintes dans un espace fortement érotisé ».
Il y va de la fonction purificatrice du hammam pour le musulman, jusqu’à son rôle dans l’homosexualité féminine et la perturbation de l’équilibre psychique d’un enfant…je suis tout de même restée sur ma faim !
Cette lecture m’a poussée à répondre à une question longtemps ignorée. Pourquoi Le Hammam ? Je savais détenir la réponse, mais je ne me suis jamais exercée à me l’expliquer d’une manière claire…
Le Hammam était né suite à une discussion avec Larbi sur les blogs. Il disait que mon blog Houdac reflétait bien la personne que j’étais, j’avais répondu le lendemain avec un mail contenant un lien sur le Hammam, je l’avais crée sans trop y penser, mais je disais à Larbi « voilà l’image que pourrait refléter mon miroir »…
Le Hammam est un reflet de ce que j’imagine être la vie de la femme marocaine. Elle a besoin de ce voile de vapeur pour pouvoir se délivrer des préjugés de sa société et se présenter dans sa nudité intégrale. Le Hammam est le lieu de confidences par excellence. Libérée de ce poids, de cet étouffement, qu’engendre la présence masculine, les femmes se livrent aux aveux les plus osés, les plus sincères, d’abord envers elles mêmes, puisqu’elles entretiennent une relation infiniment intimes avec leurs corps en toute liberté, mais aussi en s’exposant aux regards des autres. Ces autres étant également des femmes, les regards se retrouvent totalement affranchis et les corps exposés encore plus libres. Cette liberté corporelle consentie et complètement ressentie d’une part et d’autre, donne le feu vert à une liberté encore plus intense. On se retrouve illico impliquée dans les discussions des autres, on intervient pour dire son avis sur tel ou tel sujet sans même y être invitée et l’on finit par demander de se frotter mutuellement le dos, de la simple complicité intellectuelle on en arrive à une harmonie sensorielle…
Quand deux amies se retrouvent au hammam, elles peuvent y rester des heures, non pas pour se laver les corps, mais pour exposer au grand jour, dissimulées derrière les lumières tamisées des chambres étroites du hammam, les facettes cachées de leurs consciences.
Au Hammam, Hache a voulu être l’amie de toutes les femmes, la confidente et la dépositaire de chacune. Elle les écoute, les fait parler et au-delà de tout, elle s’entend parler elle-même. Affranchie de la pesanteur de cet air frais de l’extérieur, elle se retrouve légère pour passer d’une femme à une autre, d’une vie à une histoire…

21 comments:

slix a dit…

belle image...pour le Hammam...le vrai et le virtuel :)...ce que je connais du Hammam des femmes (ignorant que je suis dans ce domaine)...c'est que c'est un lieu très sensible...ou une guerre peut éclater pour un rien...d'ou l'expression "Hammam l3yalat" :)...cette réalité existe-t-elle dans ton Hammam ?

Houdac a dit…

C'est probablement très vrai Slimane, mais c'est assez rare...j'ai dû assister dans ma vie à deux anacroches au hammam pas plus...
Par conséquent ça va être tout aussi rare sur mon hammam...D'ailleurs si tu as fait attention, il aurait pu y avoir une querelle entre Mariam et Bouchra...heureusement que tout s'est passé, pacifiquement ;)

Amine a dit…

Belle introspection...

Seul regret: que la femme ait besoin du hammam pour s'affranchir de ce poids...

Houdac a dit…

C'est malheureusement encore le cas...

laseine a dit…

à la surface de ma mémoire remontent des souvenirs flous sur le Hammam ...
Le brouhaha amplifié par l'architecture des lieux, dans lequel, pour s'entendre il faut crier.
La menace de ces sirènes lubriques armée de seaux d'eau chaude. Brulante.
La menace des jnouns, invisibles mais n'est-ce pas leur demeure ? humide chaude et obscure.
La peur plus pragmatique de la glissade et des lammes de rasoirs collées par la rouille aux murs et aux sols ...

"Halfaouine l'enfant des terrasses" est passé par là pour esthétiser et romancer tout cela ..

Mais je n'arrive toujours pas à fixer tout ça .. je dois être "un sot en six lettres, un sot double" (Jules Renard)

kokopik a dit…

Oh le Hammam de mon enfance,
C'est Rhimou tayaba se baladant tel un pachyderme avec des seins gros comme ca et un slip datant de la première guerre mondiale qui à force d'être usé ressemble à un string déformant des fesses gigantesques et qu'on dirait taillés dons du roc rougeâtre...Le Hammam, c'est égalemet Lhaja Lfassia...Celle-là, coquine par dessus tout, s'expose sans retenue mais sans tenue, fut-elle minime, devant tout le monde...Je ne sais toujours pas pourquoi l'appelle-t-on lhaja ???Elle était jeune, belle et surtout svelte...Un spécimen très rare dans les hammam...Lhaja était traumatisante...Elle arpentait le hammam nue, une tassa devant son jardin secret en guise de cache-sexe si l'on peut dire ca comme ca...Et pui il y avait sa bonne...Lhyania...la pauvre bougresse était forte comme un mulet et fricotait Lhaja lfassiya, ses copines, ma mère et moi quand elle avait le temps, parce que la force lui rstait même après cinq heures de barma...
Le Hamma de mon enfance c'est aussi ces conversations marines que j'ai mis 14 ans pour en comprendre le sens et l'utilité...Je repartirais volontiers encore une fois au Hammam d'nssa

Houdac a dit…

Laseine, Halfaouine m’a inspiré le hammam ou du moins une histoire du hammam…celle de Mourad pénétrant pour la première fois dans un hammam « d’nsa »…
Koko, je trouve dans ta narration ce qui manque terriblement à mon hammam…un brin d’humour…et pourtant je vous assure que j’en ai à revendre, sauf qu’une fois au chaud, je deviens sérieuse ;)

zwina a dit…

Dimanche matin, 10h, réveil tranquille, quelle belle matinée ensoleillée, et tout à coup le drame :
Mama : Zwinaaaaa !
Moi : Na3aam ( oui)
Mama : wejdi hwayjak, yalah lehammam ( prépare tes affaires pour le hammam)
Soudain, la musique stridente de Psychose de Hitchcock ( Tit tit tit tit)envahit mes les oreilles
Nooon ! Pas le hammaaaam !
Au long de la route qui nous mène à Hammam « al 9andil », j’implore sidi rebbi pour que le bâtiment maudit soit détruit, ou que t’eyaba soit morte noyée dans Lbarma de esskhoun, ou que je sois renversée par une voiture, walou, rien ne se passait. C’est un scenar que j’ai vu se répéter dans ma vie, un nombre incalculable de fois, mais Dieu ne m’avait jamais écouté.
En lisant ton billet je me revois encore une fois confrontée à une autre facette qui m’éloigne tant des femmes marocaines. Le hammam. Ce que j’en ai retenue moi, c’est surtout « la perturbation de l’équilibre psychique d’un enfant”. Moi enfant.
Ce lieu a toujours symbolisé pour moi une violation à mon intimité. Dès que mes pieds y foulaient le sol, ma taille à cette époque faisait que mes yeux étaient pile à la hauteur de leurs sales jungles sauvages. Oui je n’avais aucune envie d’être confrontée, à leurs seins pendouillants, à l’odeur du henné ou du 9ranfoul avec lesquels elles se tartinaient de la tête aux pieds, Je n’avais aucune envie qu’une femme que je ne connaisse pas puisse venir me frotter le dos, et autres sans que je lui demande, sous prétexte que c’est votre voisine, tante … « ana bhal mamak ! », Ma politesse où ma peur m’empêchait de refuser, de répondre. Dans l’hammam, les femmes se passent au scanner, le moindre défaut, la moindre différence est notée, discutée, moquée, jugée. Je ne voulais plus être jugée. Vers l’âge 13 ans je me suis révoltée, j’ai juré de ne plus y mettre pied. Ça m’a value de longues punitions mais j’ai tenu bon.
Quant à la complicité avec les femmes, je l’ai trouvée autrement. Dans le respect de l’espace propre de chacune.

Houdac a dit…

En voilà une qui n'a pas besoin des ténèbres du hammam pour dire ce qu'elle pense :)
ça me faire plaisir de voir une touta sur mon blog...justement je pensais ce matin en arrivant à te laisser un message quelque part sur les blogs...mais tu as été plus rapide "Zwina, j'adore lire tes commentaires, plein d'humour et si intelligents, je voudrais arrêter de te chercher partout et aller direct visiter ton coin à toi...c'est pour quand ton blog?"

zwina a dit…

كلك ذوق يا جميل (Faudra la lire belmissriya)
Moi aussi j'adore ta poésie a t'wita. Quant à mon blog, faudra attendre encore, mzal matcheja3t

Houdac a dit…

Allez Zwina ho ho
Allez Zwina ho ho
Les gars avec moi...allez Zwina ho ho :)
mestaneya eah (je deteste lmisrya...mais il faut dire que ça a l'avantage d'être bête et drôle) ;)

mery a dit…

et bien , moi j'ai jamais fait attention à tous ces aspects du hammam .. je le vois juste comme le meilleur soin esthétique pour la peau , on en ressort complétemt débarassée de peau mortes , une peau de bébé , et un teint superbe :)

Houdac a dit…

hmmm...ça nous donne une idée sur le teint de mery!
ça va bébé? :))

kokopik a dit…

Au fait Houda, Ta baignoire est toujours fonctionnelle...Je ne sais pas par contre si on y tiendras à trois (avec qui tu sais)

Houdac a dit…

Mou7al :)
On l'utilisera l'un après l'autre dans ce cas...sachant que je ne dois pas rester en tête à tête avec toi plus de 5 min et que "qui tu sais" prend probablement plus de 5 min dans un baignoire...c'est assez ardu comme truc.
Voilà ma proposition, je te prête ma baignoire mais on le dit à personne, même pas à qui tu sais...chuuttt!

MJ a dit…

heureuse de faire ta connaissance Houdac. Je lisais le hammam, mais je n'avais encore jamais visité ce blog! Il nous aide à te connaître un peu plus.

Alors tu rentres au pays cet été?
Amitiés,

Houdac a dit…

MJ, ton blog est un des premiers que j'ai connu sur la blogosphère marocaine, ça fait toujours plaisir de te lire et surtout de te voir ici...
Au fait, je suis au bled depuis toujours :)

MJ a dit…

Je te laisse mon courriel:
mjruest@hotmail.com

laseine a dit…

humm touta o t'wita : la rencontre !
ça me rappelle une chanson de âwd lil, "Fin tut fin ? "
restez twitat a twitat je vous aime :)

Leyassine a dit…

Le hammam le lieu du WSAKH, la maison du SATIN, sa visite est HARAM. Mais maleureusement il y a des gens (éduqués), des âmes (avérties) qui croient que c'est le paradis de purification!!!, l'enceinte des beaux sentiments!!!. Mais quelle logique illogique?!. Houda allah yehdik, Rah echittan m3adi 3lik. Rah koulchi taydhek 3lik. wa rani anthalla fik.
D'autre part. Le hammam est un lieu où on trouve le hamam (Qui s'envolent mrieche without clothes) et aussi c'est un himmam (En arab) : C'est la mort de la hachma et le perfectionnement du Khnez.

lili a dit…

Wow Lhamdoullah que j ai lu le commentaire de Zwina, pcq à force de lire de belles choses sur Lhammam j ai fini par me persuader que j etais la seule anormale à le détester :-)
J ai toujours détéstéééééé aller au Hammam.. c est que mon intimité se brisait une fois j yy rentrais (MON INTIMITÉ, meme si j etais tres jeune je detestais qu on m oblige à me dénuder, une fois, une amie à ma mère ns accompagnait pr la 1ere fois de sa vie au Hammam, et une fois elle a oté ma culotte wowwwo, j ai lancé un criiiiiiiii mais waaaaaaahed le cri (wahed rregard ;-) Gad) que cette derniere la pauvre a cru que j avais été mordue par un scorpion (je ne sais pas d où cette bête surviendrait dans un hammam plein d'eau mais la pauvre a eu tellement peur qu elle s imaginait toutes les idées noires!!!
Puis, une fois on depasse l ENJEU de l intimité, je me retrouve devant un autre pb: une fois on depasse la 1ere pièce, j ai vrmt bcp de difficultés à respirer grrrrrrrrr cette humidité cette chaleur étouffante :-) mais j ai tjs été obligée de m installer à la derniere piece (hadik lli katberred l mama leghdayed, quelles ghdayed je ne sais pas!!)...
MAIS, une fois, j ai été libérée (excuse moi zwina mais si j savais qu il y avait qqn qui souffrait autant que moi à l époque je t aurai filé volontiers la recette :-): je suis rentrée, j ai pris mon hammam (qui ressemble plutot à une douche tellement je fais vite pr sortir:-), et en sortant avec ma mère je me suis évanouie!! les tayyabates cherchaient comme des folles du sucre, elles ont fini par me filer une petite quantité.. j ai fini par me réveiller...
Une seconde fois c est arrivé, et là, je n avais plus besoin de faire des cauchemars:-) Ca y est, je n y allais pluuuuuuuuuuus youpiiiiiiiiiiiiii!!!
Aujourd hui, je me demande si j aurai été capable d y aller, pas à coz de ma santé plutot fragile ds un Hammam :-) mais j ai vrmt bcp bcp de mal à m imaginer me dénuder devant une autre femme :-)

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Hot Sonakshi Sinha, Car Price in India