jeudi, septembre 20, 2007

Hier

Hier, lointain
Le temps d’une seconde
J’avais fermé les yeux
Il y avait du sable

Du vent, une tempête

Tu avais ouvert les bras

Et là…

Le bonheur inouï d’être enfin

Déjà mes yeux…

Mouillés

Des larmes de joie

Ou était-ce le sable ?

Hier encore, j’ai fermé les yeux
Le temps d’une seconde
Tu étais heureux
Elle était heureuse
J’étais heureuse
Et les larmes coulèrent
Invisibles
Mais ce n’est nullement le sable
C’est juste l’envie de toi
Le manque de toi
D’une tempête de sable
De tes bras.

2 comments:

dima a dit…

Une tempete de sable et des dunes d'amours furtifs, le temps d'un désir, et puis l'érosion lente de la fusion puis renait le sentiment...

PS: celui ci je l'aime bien et merci.

Houdac a dit…

Merci à toi dima :)
Tiens! J'ai trouvé un truc super riglo en même temps que ton comment. Sympa!

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Hot Sonakshi Sinha, Car Price in India