jeudi, février 14, 2008

De l'espoir et autres quêtes dangereuses - Laila Lalami

Faten, une fanatique, prêchant la bonne foi, qui se jette corps et âme dans un sombre future. Aziz, un jeune homme au chômage qui laisse femme, mère et ami derrière lui pour embrasser l’espoir d’une vie meilleure...ailleurs et demain. Halima, une épouse battue qui met sa vie et celle de ses propres enfants en péril dans la seule ambition de fuir un mari violant, un présent trop ingrat. Et Mourad, ce diplômé d’université, chômeur, guide touristique improvisé au port de Tanger qui ne cesse d’imaginer son avenir à l’autre côté du détroit. Ce sont là les personnages du premier roman de Laila Lalami ; « De l’espoir et autres quêtes dangereuses ».

Un roman qui relate les histoires de ses quatre personnages par ordre d’importance chronologique, aurait-on tendance à croire. D’abord le présent, ensuite le passé et enfin le future, comme pour virevoleter continuellement autours de cette pensée de Mourad quand « il se demandait s’il fallait toujours que l’on sacrifie la passé pour le future ».

L’histoire commence dans un pneumatique par une nuit lumineuse, traversant le détroit de Gibraltar en direction de Tarifa, à son bord les protagonistes du roman, le passeur et deux douzaines de haraga qui renfermaient en eux certainement d’autres secrets, chagrins et espoirs que suggérait l’écrivain en laissant libre champs à notre imagination.

Des uns qui réussirent la traversée, d’autres qui se virent expulser vers leurs pays et revoilà des espoirs qui renaissent chez les uns et d’autres qui se meuvent en ogres envahissants, tuant tout autre sentiment chez les autres.

Ce roman n’est pas seulement une histoire de gens ordinaires que l’ont pourrait rencontrer à tout coin de rue, mais c’est celle d’un sentiment commun qui fait vivre, ou survire, toute une nation.

1 comments:

Pas intéressé a dit…

Un écrivain est d'essence ouvert à ses lecteurs et l'intéractivité du dialogue a toujours été respectée de sa part comme un fait indéniable de générosité de mots. Quand une personne qui se prétend Auteur posséde un blog, la moindre des choses est de permettre à ses lecteurs une prise de parole pour que ces derniers jouissent du droit de commenter ses écrits. Ce n'est pas le cas pour la personne dont ton post en fait le sujet supreme et c'est bien dommage. Aux dernières nouvelles et selon ses dires, elle n'autorise pas les commentaires sur son blog par crainte d'étre submergée par les commentaires publicitaires et compagnie. Trop court comme argument en tenant compte qu'il existe des palliatifs pour éviter ces désagréments. En définitif, elle publie des écrits sur le web en interdisant à ses lecteurs de commenter. Certes c'est son droit mais c'est désagréable comme attitude émanant d'une personne qui se prétend écrivain.

 
Design by Free WordPress Themes | Bloggerized by Lasantha - Premium Blogger Themes | Hot Sonakshi Sinha, Car Price in India